Les news M2C Avocat

LES
NEWS

Rappelons tout d’abord que la révision des valeurs locatives des locaux professionnels et commerciaux, qui semblait destinée à ne jamais voir le jour tant son entrée en vigueur a été reportée, sera enfin intégrée dans les bases de fiscalité locale à compter de 2017. L’objet de la révision des valeurs locatives est de permettre une évaluation des bases des impôts locaux plus juste et conforme au marché immobilier locatif actuel, tout en simplifiant les règles de calcul pour rendre l’établissement des impôts locaux plus compréhensible pour les contribuables. Approuvé par tous les praticiens, l’objectif de simplification du système d’établissement des bases de cette réforme est louable tant la détermination de la valeur locative des locaux commerciaux est source de complexité et conduit à d’abondants contentieux. Mission réussie ? Rien n’est moins sûr puisque la mise en œuvre de cette réforme et l’intégration dans les avis d’imposition de taxe foncière et de cotisation foncière des entreprises semblent difficiles et génèrent déjà des contentieux. C’est, en effet, dans le cadre de la préparation de la révision des valeurs locatives des locaux professionnels et commerciaux que se place l’affaire soumise au Tribunal administratif de Pau (TA de Pau, 17 novembre 2016, société N . , n° 1502685 ,1502686. Jugement définitif.). Dans le cadre de la révision des valeurs locatives des locaux professionnels prévue à l’article 34 de la loi de finances rectificative du 29 décembre 2010, tous les propriétaires de locaux commerciaux et professionnels ont été invités à souscrire durant l’année 2013 une déclaration n° 6660-REV. Ainsi, dans le cadre de la mise en œuvre de la révision des valeurs locatives, la société requérante a, en avril 2013, souscrit, à raison des locaux dont elle est propriétaire, les déclarations 6660 REV. Sur la base des éléments ainsi recueillis, l’administration a établi la cotisation foncière des entreprises au titre des années 2014 et 2015 que la société requérante a contestée au motif que l’administration a irrégulièrement fait usage des informations souscrites lors des déclarations n° 6660-Rev dans le cadre de la révision des valeurs locatives des locaux professionnels et a ainsi méconnu le principe général des droits de la défense. Les magistrats palois ont considéré que, sur le fondement du principe général des droits de la défense, l’administration fiscale ne peut établir, à la charge d’un redevable de la cotisation foncière des entreprises, des droits excédant le montant de ceux qui résulteraient des éléments qu’il a déclarés, sans avoir préalablement mis le contribuable à même de présenter ses observations. En conséquence, la redevable aurait dû être mise à même de présenter ses observations dès lors que le service a assis la cotisation litigieuse, au titre de 2015, sur la base d’éléments portés sur une autre déclaration, souscrite pour les besoins de la révision des valeurs locatives, en vertu du XVII de l’article 34 de la loi de finances rectificative pour 2010. À retenir : Selon le respect du principe général des droits de la défense, l’administration fiscale est tenue de mettre le redevable à même de présenter ses observations lorsque l’imposition supplémentaire de cotisation foncière des entreprises est mise en recouvrement sur la base d’éléments portés dans la déclaration 6660 REV souscrite dans le cadre de la révision des valeurs locatives des locaux professionnels.

Réforme des valeurs locatives : une validation nécessaire des bases nouvellement taxées

La révision des valeurs locatives des locaux professionnels et commerciaux attendue depuis 2011, est désormais effective. Les ...   Lire la suite

Loi de finances 2018 et loi de finances rectificative pour 2017 : focus sur les dispositions locales

Les députés ont définitivement adopté la loi de finances pour 2018 et la 2ème loi de finances ...   Lire la suite

Vérification de comptabilité : les garanties accordées aux contribuables vérifiés opèrent en cas de rappels de CFE

Les redressements de cotisation foncière des entreprises qui procèdent d’une vérification de comptabilité doivent être opérés dans ...   Lire la suite

Taxe d’habitation: que va-t-il se passer pour ceux qui vivent en maison de retraite ?

Taxe d'habitation: que va-t-il se passer pour ceux qui vivent en maison de retraite ? Marie-Cécile Clémence, avocate au ...   Lire la suite

QPC : L’exclusion des ports autonomes du bénéfice de l’exonération de CFE est contraire à la constitution

Le Conseil constitutionnel a été saisi le 2 juillet 2018 par le Conseil d’État (décision n° 419930 du 29 juin […]   Lire la suite

CFE : quelle éxonération pour les bâtiments agricoles supportant des panneaux photovoltaïques ?

Le Gouvernement précise le régime de CFE applicable aux bâtiments agricoles sur lesquels ont été implantés des panneaux ...   Lire la suite

Fiscalité énergétique – Nouvelle opportunité de remboursement de la CSPE – TICFE

CSPE : Allégez significativement vos factures d’électricité ! Plusieurs changements importants sont intervenus dans la fiscalité ...   Lire la suite

« Il faut surfer sur l’innovation », Marie-Cécile Clémence, M2C AVOCAT

Elle fait partie de ces avocats qu'on ne croise pas dans les prétoires. Me Marie-Cécile Clémence, qui exerce ...   Lire la suite

Le cabinet M2C AVOCAT présent dans le Guide du Manager Juridique

Vous cherchez un avocat en fiscalité locale ? Legi Team vient de publier un annuaire regroupant des experts de l'entreprise ...   Lire la suite

M2C AVOCAT: innovation digitale de la semaine!

L'avocate qui "chatte" en ligne pour convaincre ses clients timides. Marie-Cécile Clémence, avocate fiscaliste à Clermont-Ferrand, ...   Lire la suite